Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /vdir/www.uneautrevie.org/var/www/vhosts/www.uneautrevie.org/web/connect.php on line 27

Deprecated: Function mysql_selectdb() is deprecated in /vdir/www.uneautrevie.org/var/www/vhosts/www.uneautrevie.org/web/connect.php on line 29
La consolante - Anna Gavalda - Une autre vie
  logo  
  Accueil   Accueil  |forum   Forum  | jeux   Jeux  | disk   photo  | Livre d'or   Quotidien  | Vendée globe   Vendée  | Liens Web   Liens  | connect   Compte  
 
Translation :
 
   
 
Menu général :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Derniers articles
 
 
 
 
Liens RSS :
 
 
Les une

 
 
Dernières news
 
 
Plus de news...
 
 
Nuage de mots
 
 
This will be shown to users with no Flash or Javascript.
 
 
Radio
 
  Désolé, pour écouter une radio, il faut s'inscrire
 
 
Horloge
 
 

*** Pour voir ce site vous devez avoir flash player mis à jour ***

Pour mettre à jour ou télécharger Flash player cliquez ici.

 
 
Poisson :
 
 
10 premiers
  • val
  • ΨVieuxcon
  • Ancien membre
  • +annie
  • Ωloubabond
  • Ancien membre
  • Ancien membre
  • axel1
  • Ancien membre
  • Ancien membre

 
 
Faire un don
 
 
10 premiers
  • val
  • ΨVieuxcon
  • Ancien membre
  • +annie
  • Ωloubabond
  • Ancien membre
  • Ancien membre
  • axel1
  • Ancien membre
  • Ancien membre

 
 
Forum : Masquer l’entête
 
 
Accès rapide :

 

Effectuer une Recherche avancée OU


 
 
La consolante - Anna Gavalda  [2 réponses]
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
val
starsj7.png
Dieu Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 1470 (0.34/Jour)
Inscrit(e) le: 30 mai 2006
Imprimer Permalien mardi 24 juin 2008 à 13:19  

418ErHdOTxL._SL500_BO2,204,203,200_PIsitb-dp-500-arrow,TopRight,45,-64_OU08_AA240_SH20_.jpg
Charles Balanda, 47 ans, architecte à Paris, apprend incidemment la mort d'une femme qu'il a connue quand il était enfant, et adolescent.
« Il déchire la lettre et la jette dans la poubelle de la cuisine. Quand il relève son pied de la pédale et que le couvercle retombe, clac, il a l’impression d’avoir refermé, à temps, une espèce de boîte de Pandore, et, puisqu’il est devant l’évier, s’asperge le visage en gémissant.
Retourne ensuite vers les autres. Vers la vie. Se sent mieux déjà. Allez... C’est fini.
C'est fini, tu comprends ?»
Le problème, c'est que non, il ne comprend pas. Et il n'y retourne pas, vers la vie. Il perd l’appétit, le sommeil, abandonne plans et projets et va essayer de comprendre pourquoi tout se fissure en lui. Et autour de lui. Commence alors un long travail de deuil au bout duquel il est obligé de se rendre à l’évidence : l’échelle de cette vie-ci est illisible et il faut tout rebâtir.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Note : 06/10

Charles est architecte. Bourreau de travail, il est toujours par monts et par vaux et voyage beaucoup, notamment à l'étranger.

Marié à Laurence depuis un peu plus de dix ans, il élève la fille de celle-ci (Mathilde une ado), comme s'il s'agissait de la sienne.

Charles sent bien que son mariage est sur la pente descendante, mais ne réagit pas vraiment.

Lors d'un repas de famille chez ses parents, à l'occasion de l'anniversaire de Laurence, il ouvre un courrier qui lui est adressé.

Pas de signataire. Une simple phrase : Anouk est morte.

C'est le ciel qui lui tombe sur la tête. Le choc.

Anouk c'est son enfance. Ce sont les meilleurs moments de sa vie.

Anouk c'est aussi la mère de son ancien meilleur ami, Alexis.

Après "Ensemble c'est tout" et toute l'émotion et les sentiments que ce livre avait suscités en moi, il était difficile de faire mieux. Ou au moins, aussi bien.

Et en tout franchise, l'exercice est raté.

Je me faisais une joie de lire ce roman. Mais j'ai bien vite déchanté.

Et j'avoue que devant l'épaisseur du livre, j'ai bien souvent eu envie de laisser tomber.

J'ai eu l'impression que le personnage principal, Charles, n'est pas vraiment acteur de sa vie. Il est englué dans une vie de famille qui n'existe pas. A aucun moment il n'est question d'amour concernant sa femme.

En revanche, il est très attaché à sa belle-fille. Qui est, semble t-il, la seule personne à laquelle il tienne vraiment. Elle et sa plus jeune soeur, Claire.

Aucun des personnages de ce roman n'a su m'atteindre. Sauf peut-être Kate.

Parce que Kate est vraiment une femme à part. Un personnage atypique qui sait toujours aller droit au coeur de ceux qu'elle rencontre.

D'ailleurs, les seuls passages du livre qui sont vraiment intéressants, sont ceux où elle apparaît.
Mais même là, l'histoire entre elle est Charles est des plus prévisible.
A partir du moment où il est entré dans son jardin, tout était évident.
Aucune surprise. Difficile de tenir en haleine le lecteur.

Difficile de trouver l'envie de tourner les pages d'un roman qui ne me captive pas. Ne m'apporte rien.

Sur plus de 600 pages, seulement 200 apportent un semblant d'histoire qui tienne la route.

Quant à l'écriture, c'est un grand foutoir.

L'histoire part dans tous les sens. Passé et présent mélangés à la va vite. Tout part en vrac, ça ne ressemble à rien.

J'ai détesté la suppression des pronoms personnels. Ecrire des phrases qui commencent directement sur des verbes conjugués, c'est très laid à lire.

Pourquoi avoir choisi cette façon de rédiger ? Je n'ai pas compris.

Des phrases sans pronoms. Des phrases avec des points de suspension n'importe où. Des phrases qui ne se terminent pas. Parfois juste un mot. Ou deux. Et puis plus rien.

Non vraiment, ce livre n'est pas une réussite.
Et je dirais même que pour moi, il s'agit d'un regret. Le regret d'avoir perdu du temps à lire un aussi gros pavé.

Ce livre est lent, long. Ennuyeux.



Visiter son site

Partager

 
 
 
 
 
 
Ancien membre

avatar







Imprimer Permalien jeudi 26 juin 2008 à 21:07  

Vu ton avis, Val, je ne vais pas me précipiter sur ce livre....je crois que je vais garder intact mon bonheur d'avoir lu " ensemble c'est tout " smiley sg3agtuxg3ag.gif


Partager

 
 
 
 
La consolante - Anna Gavalda  [2 réponses]