Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /vdir/www.uneautrevie.org/var/www/vhosts/www.uneautrevie.org/web/connect.php on line 27

Deprecated: Function mysql_selectdb() is deprecated in /vdir/www.uneautrevie.org/var/www/vhosts/www.uneautrevie.org/web/connect.php on line 29
La femme du hasard - Jonathan Coe - Une autre vie
  logo  
  Accueil   Accueil  |forum   Forum  | jeux   Jeux  | disk   photo  | Livre d'or   Quotidien  | Vendée globe   Vendée  | Liens Web   Liens  | connect   Compte  
 
Translation :
 
   
 
Menu général :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Derniers articles
 
 
 
 
Liens RSS :
 
 
Les une

 
 
Dernières news
 
 
Plus de news...
 
 
Nuage de mots
 
 
This will be shown to users with no Flash or Javascript.
 
 
Radio
 
  Désolé, pour écouter une radio, il faut s'inscrire
 
 
Horloge
 
 

*** Pour voir ce site vous devez avoir flash player mis à jour ***

Pour mettre à jour ou télécharger Flash player cliquez ici.

 
 
Poisson :
 
 
10 premiers
  • val
  • ΨVieuxcon
  • Ancien membre
  • +annie
  • Ωloubabond
  • Ancien membre
  • Ancien membre
  • axel1
  • Ancien membre
  • Ancien membre

 
 
Faire un don
 
 
10 premiers
  • val
  • ΨVieuxcon
  • Ancien membre
  • +annie
  • Ωloubabond
  • Ancien membre
  • Ancien membre
  • axel1
  • Ancien membre
  • Ancien membre

 
 
Forum : Masquer l’entête
 
 
Accès rapide :

 

Effectuer une Recherche avancée OU


 
 
La femme du hasard - Jonathan Coe  [0 réponse]
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
val
starsj7.png
Dieu Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 1470 (0.33/Jour)
Inscrit(e) le: 30 mai 2006
Imprimer Permalien vendredi 14 septembre 2007 à 21:53  

5199gPzhqfL.-AA240-.jpeg

Maria, une jeune fille de milieu modeste, vit aux environs de Birmingham. Indiff?rente par choix, ind?cise par nature, elle trouve que l'on fait beaucoup de bruit pour peu de chose. Que valent les succ?s aux examens et les d?clarations de Ronny qui l'aime d?sesp?r?ment, que penser des amis de classe avec leurs vacheries et leurs cancans... Seul le chat, un exemple d'indiff?rence satisfaite, lui donne ? penser qu'une forme de bonheur est possible. Mais comment ?tre heureux lorsque votre vie est une succession d'accidents, de hasards...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Note : 07/10

Lorsqu'elle apprend qu'elle est admise ? Oxford, Maria n'?prouve rien de particulier.

Oh certes, elle est contente d'avoir r?ussi, sinon elle n'aurait pas tent? de s'y inscrire. Mais disons que ce qui l'ennui le plus dans cette histoire, c'est qu'elle va devoir faire face ? l'enthousiasme d?bordant de sa famille ? l'annonce de cette nouvelle.

Et l'expression des sentiments, Maria, ce n'est pas trop son truc.

Ronny aussi est accept? ? Oxford. Ronny c'est son amoureux. Enfin..... il aimerait bien.

Fou d'amour pour elle, c'est le genre de gar?on qui n'h?site pas ? faire plus d'une heure de trajet pour lui tenir compagnie dans le bus qui la ram?ne chez elle, puis repartir pour rentrer chez lui, seul. Sans m?me avoir obtenu un baiser.

Aucune lisaison entre eux. Maria n'est pas amoureuse, Ronny le sait, mais ne d?sesp?re pas de la voir changer d'avis.

Et comme Maria l'aime bien son Ronny, qu'il est bien gentil apr?s tout, ma foi, ils sont ce que l'on pourrait appeller des "amis".

A Oxford, Maria partage sa chambre avec Charlotte, mais aucune infinit? ne lie les jeunes filles. Elles sont bien trop diff?rentes.

Il faut dire que Maria n'est pas tr?s liante. Elle n'est pas m?chante, pas d?sagr?able, plut?t jolie, mais elle ne s'int?r?sse pas ? grand chose dans la vie. Et pas particuli?rement non plus aux gens.

Elle avance dans la vie sans rien en attendre. Elle "suit" sa vie, histoire de voir o? elle va la mener.

Elle n'est pas malheureuse, mais elle n'est pas heureuse non plus.

Et puis d'ailleurs, c'est quoi ?tre heureux ?

Second livre que je lis de cet auteur et que je souhaitais d?couvrir un peu plus apr?s avoir lu "Testament ? l'anglaise" qui m'avait bien plu.

Et celui ci, c'est Sandra, ma swapp?e qui me l'a offert. Alors merci Sandra. Merci pour ce livre et l'agr?able moment qu'une fois de plus j'ai pass? avec Jonathan Coe.

Le go?t que je me suis d?couvert pour cet auteur se confirme. J'esp?re qu'il ne fera que grandir ? mesure que je d?couvrirais ses oeuvres.

Il s'agit l? de son tout premier roman. Peut-?tre un peu moins abouti que "Testament..", mais si peu.

J'y ai retrouv? l'humour assez particulier dont il fait preuve. Son cynisme. J'aime le regard qu'il porte sur les gens, sur la soci?t?, sur la vie en g?n?rale.

J'aime la fa?on dont, dans ce roman, il s'adresse au lecteur. J'ai eu l'impression d'?tre un peu plus mise ? contribution, prise ? partie.

Sa mani?re d'?crire les choses avec de jolis mots, de belles phrases, pour d'un seul coup y aller franco avec un bon gros mot ou une expression qui d?tonne.

Quant ? son personnage, Maria, elle m'a beaucoup plu ?galement. Par moment je me suis vraiment sentie proche d'elle. Elle est tr?s "space", il faut bien le dire, mais dans certaines situations, je me suis reconnue ? certains moments de ma vie.

Son inertie face ? la vie pourrait donner envie de la secouer, je peux comprendre qu'on puisse la trouver insupportable, prendre son caract?re pour de la suffisance, mais ce n'est pas ce que j'y ai vu. Ou ce que j'ai voulu y voir. Je l'aime bien moi cette Maria. J'aurais aim? la rencontrer et discuter avec elle.

Extrait :
"...Car le bonheur en soi, se disait Maria, n'avait gu?re de poids compar? au temps pass? soit dans sa perspective, soit dans son souvenir. En outre, l'exp?rience imm?diate du bonheur paraissait compl?tement d?tach?e de l'exp?rience de son attente ou de son souvenir. Jamais elle ne se disait, quand elle ?tait heureuse :"c'est ?a le bonheur", et jamais donc elle ne l'identifiait comme tel au moment o? elle le vivait. Ce qui ne l'emp?chait pas de penser, quand elle le vivait, qu'elle avait une id?e tr?s claire de ce qu'il recouvrait. La v?rit?, c'est que Maria n'?tait vraiment heureuse que lorsqu'elle pensait au bonheur ? venir, et je crois qu'elle n'?tait pas la seule ? adopter cette attitude absurde. Il est plus agr?able, allez savoir pourquoi, d'?prouver de l'ennui, ou de l'indiff?rence, ou de la torpeur, en se disant : dans quelques minutes, quelques jours, quelques semaines, je serai heureux, que d'?tre heureux en sachant, f?t-ce inconsciemment, que le prochain sursaut int?rieur nous ?loignera du bonheur. L'id?e du bonheur, qu'il soit prospectif ou r?trospectif, ?veille en nous des ?motions beaucoup plus fortes que la seule ?motion du bonheur..."

Edit? Mardi 22 janvier 2008 :01:09 par Vieuxcon

Edit? Mercredi 23 janvier 2008 :16:17 par Vieuxcon



Visiter son site

Partager

 
 
 
 
La femme du hasard - Jonathan Coe  [0 réponse]