Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /vdir/www.uneautrevie.org/var/www/vhosts/www.uneautrevie.org/web/connect.php on line 27

Deprecated: Function mysql_selectdb() is deprecated in /vdir/www.uneautrevie.org/var/www/vhosts/www.uneautrevie.org/web/connect.php on line 29
La délicatesse - David Foenkinos - Une autre vie
  logo  
  Accueil   Accueil  |forum   Forum  | jeux   Jeux  | disk   photo  | Livre d'or   Quotidien  | Vendée globe   Vendée  | Liens Web   Liens  | connect   Compte  
 
Translation :
 
   
 
Menu général :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Derniers articles
 
 
 
 
Liens RSS :
 
 
Les une

 
 
Dernières news
 
 
Plus de news...
 
 
Nuage de mots
 
 
This will be shown to users with no Flash or Javascript.
 
 
Radio
 
  Désolé, pour écouter une radio, il faut s'inscrire
 
 
Horloge
 
 

*** Pour voir ce site vous devez avoir flash player mis à jour ***

Pour mettre à jour ou télécharger Flash player cliquez ici.

 
 
Poisson :
 
 
10 premiers
  • val
  • ΨVieuxcon
  • Ancien membre
  • +annie
  • Ωloubabond
  • Ancien membre
  • Ancien membre
  • axel1
  • Ancien membre
  • Ancien membre

 
 
Faire un don
 
 
10 premiers
  • val
  • ΨVieuxcon
  • Ancien membre
  • +annie
  • Ωloubabond
  • Ancien membre
  • Ancien membre
  • axel1
  • Ancien membre
  • Ancien membre

 
 
Forum : Masquer l’entête
 
 
Accès rapide :

 

Effectuer une Recherche avancée OU


 
 
La délicatesse - David Foenkinos  [2 réponses]
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
val
starsj7.png
Dieu Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 1470 (0.32/Jour)
Inscrit(e) le: 30 mai 2006
Imprimer Permalien samedi 10 avril 2010 à 10:16  

41ROdhyw1pL._SL500_AA300_.jpg

Il passait par là, elle l'avait embrassé sans réfléchir. Maintenant, elle se demande si elle a bien fait. C'est l'histoire d'une femme qui va être surprise par un homme. Réellement surprise.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Note :07/10

L'histoire d'amour entre Nathalie et François commence de façon plutôt improbable.

Combien y avait t'il de chance que François ose aborder cette jeune femme dans la rue avec une phrase tout ce qu'il y a de plus bateau ? Et combien de chance pour qu'elle réponde et accepte de boire un café avec lui ?

Il aura suffit à ces deux êtres, ce jour là, à ce moment là, de se croiser, d'être de bonne humeur pour que leur vie bascule.

L'amour est là.

Le couple vit un amour parfait, une histoire parfaite, un mariage parfait.

Tout est tranquille, calme, serein, évident.

Jusqu'au drame qui va bouleverser Nathalie à jamais et faire d'elle une autre femme.

On pourrait réduire ce roman à une banale et énième histoire d'amour mais ce serait faire une grossière erreur.

Oui il est question d'amour.

Beaucoup même.

Mais pas seulement.

Il y a d'abord l'amour entre un homme et une femme. Un amour comme une évidence.

L'amour d'un patron pour son employée.

Mais est-ce vraiment de l'amour ? Ou bien juste du désir ?

Une simple envie de posséder ? La sensation de se sentir encore vivant ?

Ne pas supporter le rejet et en faire un challenge ?

Quel est vraiment ce sentiment ?

Tout au long du livre, les sentiments et l'attirance de Charles changent.

Ce qu'il ressent n'est finalement pas si pur.

L'amour d'un collègue.

Un homme effacé, qui ne fait pas de vague.

A tel point que d'ailleurs, peu de gens le connaissent dans l'entreprise.

Markus va se trouver à un endroit précis à un moment précis et tout va changer.

Pourquoi lui ? S'il était entré dans le bureau 5 minutes plus tôt ou plus tard, cette histoire aurait-elle eu lieu ?

Pourquoi Nathalie l'a t'elle embrassé ?

Et que ce passe t'il dans la tête et dans le coeur de Markus pour que ce simple baiser, donné sans arrière pensée bouscule sa vie à jamais ?

Et puis il y a Nathalie.

Nathalie la douce. Nathalie la belle.

Que la vie a brisé.

Après lui avoir tout donné, la vie lui a tout repris. Arraché.

Et Nathalie n'a plus été qu'un fantôme.

Dépourvue de sentiments. Si ce n'est la peine et le chagrin.

Après les larmes et l'abattement, est venu le temps de se renfermer.

Ou de s'enfermer.

En se jetant à corps perdu dans son travail, Nathalie a rejeté la vie.

Mais qu'est ce qu'il lui a pris le jour où Markus est entré dans son bureau avec le dossier 114, d'aller vers lui et de déposer un baiser sur ses lèvres ?

Tout d'abord elle n'en sait rien elle même.

Et tout au long de son roman, David Foenkinos décortique les pensées et les sentiments de Nathalie.

La lente compréhension de son geste.

Mais aussi de ses conséquences.

L'auteur plonge en profondeur dans les méandres des pensées de ses personnages, Nathalie et Markus et analyse presque minute par minute ce qu'ils vivent.

Vu le début du roman, le livre pourrait être triste. Mais non.

L'écriture est belle, souple, tranquille et douce.

Foenkinos s'attache à nous raconter la tranquille résurréction d'une femme.

L'humour est bien présent et les réflexions de Markus sont délicieuses.

Foenkinos fait une chose étrange dans son roman........ régulièrement, entre les chapitres, il écrit un aparté.

En rapport avec le livre, mais qui ne sert à rien.

D'abord surprise, je me suis ensuite rendue compte que je les attendais ces apartés.

Ils sont bien sympathiques. Apporte encore plus d'humour et de légerté au livre.

Alors oui, c'est une histoire d'amour.

Mais pas que.

C'est l'histoire de la vie.





Visiter son site

Partager

 
 
 
 
 
 
Ancien membre

avatar







Imprimer Permalien samedi 10 avril 2010 à 11:40  

Heureusement que tu en parles si bien Val, parce que j'avais vraiment l'impression que ce livre était un peu gnagnan...mais si tu dis le contraire, ça va valoir la peine que je m'y arrête la prochaine fois que je croise ce livre smiley sg3agyesg3ag.gif

Merci Val pour ton avis.


Partager

 
 
 
 
 
 
val
starsj7.png
Dieu Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 1470 (0.32/Jour)
Inscrit(e) le: 30 mai 2006
Imprimer Permalien samedi 10 avril 2010 à 16:42  

Heu........... si............ c'est quand même gniangnian.............

Mais c'est bien



Visiter son site

Partager

 
 
 
 
La délicatesse - David Foenkinos  [2 réponses]