Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /vdir/www.uneautrevie.org/var/www/vhosts/www.uneautrevie.org/web/connect.php on line 27

Deprecated: Function mysql_selectdb() is deprecated in /vdir/www.uneautrevie.org/var/www/vhosts/www.uneautrevie.org/web/connect.php on line 29
La lune et le serpent - Marie Christine de Kent - Une autre vie
  logo  
  Accueil   Accueil  |forum   Forum  | jeux   Jeux  | disk   photo  | Livre d'or   Quotidien  | Vendée globe   Vendée  | Liens Web   Liens  | connect   Compte  
 
Translation :
 
   
 
Menu général :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Derniers articles
 
 
 
 
Liens RSS :
 
 
Les une

 
 
Dernières news
 
 
Plus de news...
 
 
Nuage de mots
 
 
This will be shown to users with no Flash or Javascript.
 
 
Radio
 
  Désolé, pour écouter une radio, il faut s'inscrire
 
 
Horloge
 
 

*** Pour voir ce site vous devez avoir flash player mis à jour ***

Pour mettre à jour ou télécharger Flash player cliquez ici.

 
 
Poisson :
 
 
10 premiers
  • val
  • ΨVieuxcon
  • Ancien membre
  • +annie
  • Ωloubabond
  • Ancien membre
  • Ancien membre
  • axel1
  • Ancien membre
  • Ancien membre

 
 
Faire un don
 
 
10 premiers
  • val
  • ΨVieuxcon
  • Ancien membre
  • +annie
  • Ωloubabond
  • Ancien membre
  • Ancien membre
  • axel1
  • Ancien membre
  • Ancien membre

 
 
Forum : Masquer l’entête
 
 
Accès rapide :

 

Effectuer une Recherche avancée OU


 
 
La lune et le serpent - Marie Christine de Kent  [0 réponse]
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
val
starsj7.png
Dieu Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 1470 (0.34/Jour)
Inscrit(e) le: 30 mai 2006
Imprimer Permalien mardi 5 mai 2009 à 20:00  

51FbmE-3%2BfL._SL500_AA240_.jpg

Jusqu'à sa mort, Henri II vécut un amour passionnel avec la belle Diane de Poitiers, de dix-neuf ans son aînée. Le roi de France dut épouser malgré lui Catherine de Médicis, dont le seul atout était sa fortune. Cette dernière allait, toute sa vie, se consumer de douleur et de jalousie face à l'amour que partageaient les deux amants. Sur fond de Renaissance, dans un pays en proie aux bouleversements culturels et religieux, Diane et Henri gouvernent ensemble. Leurs initiales entrelacées figurent dans les moindres recoins. Seule la mort prématurée d'Henri met un terme à son histoire avec Diane et à la jalousie de Catherine, qui peut enfin chasser sa rivale et gouverner seule.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

note : 06/10

J'ai toujours été très curieuse d'en savoir plus sur Diane de Poitiers.
Je savais déjà pas mal de choses sur sa rivale, Catherine de Médicis mais d'elle, je ne savais rien. Si ce n'est le rôle de la "méchante" maîtresse du roi Henri II.

Mais ayant lu des récits sur l'horrible Médicis, je me demandais si Diane était bien la vilaine que l'on voulait faire croire.

Si l'on en croit ce livre : non.
Mais si l'on en croit toujours ce livre, Catherine a été victime des circonstances. Or je pense qu'il n'y a pas que cela. Catherine de Médicis devait être foncièrement mauvaise ou avoir un pet au casque car rien n'excuse son comportement.

Alors oui, elle a été marié à un homme qu'elle n'a pas choisi. Comme toutes les jeunes filles et jeunes hommes de l'époque.
Pour son plus grand malheur, il semblerait qu'elle soit tombée amoureuse d'Henri II alors que lui n'avait d'yeux que pour Diane et ce, depuis déjà de nombreuses années.
L'affection de vouait Henri le petit garçon, à Diane, s'est mué au fil des années en un amour durable et profond qui dura des années et que rien, jamais ne vient flétrir.

Catherine n'a eu d'autre choix que de s'effacer, de subir les humiliations en silence.
Je peux comprendre cette jalousie et son sentiment face à cette situation. Même sans être amoureuse, quelle femme accepterait sans broncher de voir sa rivale devenir sa principale Dame d'honneur ? De la voir prendre part aux décisions politiques du royaume, de savoir que son époux consulte sa maîtresse et non sa femme ? Qu'il la couvre de bijoux, de titres, de propriétés ? De ne pas être capable de donner un enfant au roi et d'être à la merci de Diane ? D'en être réduite à écouter ses conseils sur la meilleure façon de faire l'amour à son époux pour se faire engrosser ? Puis de voir ses enfants confier à la garde de cette même femme ? Savoir que le peuple entier connaît la position de Diane et la respecte plus que la reine ? Voir partout s'afficher les initiales du roi et de Diane s'enlacer ?

De quoi devenir aigrie et mauvaise. J'en conviens.
Mais cette situation n'excuse pas le comportement de Catherine de Médicis pour le reste.

En fait, en me lançant dans la lecture de ce livre, je pensais avoir entre les mains un roman sur l'amour de Diane et Henri. Ou a tout le moins, un roman parlant de l'histoire de Diane de Poitiers.

Et me voici avec un livre qui n'a, à mon sens, rien d'un roman, mais plutôt un livre d'histoire.

A chacun son interprétation du mot roman, mais pour moi, il ne s'agit pas là d'un roman.

J'ai eu sous les yeux, une succession de date, d'événements et de noms sans fin.

Un rapport des batailles, des manigances, des mariages principalement de la France, mais aussi de l'Angleterre, de l'Espagne, de l'Italie et de l'Allemagne.

Un jeu des chaises musicales. Les alliances se nouent pour mieux se dénouer et/ou se trahir, entre François 1er, l'Empereur Charles Quint et Henri VIII.

Sur près de 570 pages, moins de la moitié sont réellement consacrées à Diane et Henri.
Et là encore, ils ne sont pas présent constamment.

Je reconnais certes l'importance des autres personnages du livre ainsi que du déroulement chronologique des faits.
Mais ils sont trop nombreux et noient le reste.

Tous comme la multitude de personnes que l'on croise. Il est vrai que les familles étaient nombreuses, beaucoup d'enfants pour être certain qu'au moins un puisse être vivant et monter sur le trône. Sans compter les enfants nés des maîtresses.
Et par dessus, l'auteur rajoute les "amis", les oncles, les frères de naissance ou par alliance, les connaissances, les alliances..... le tout dans un joyeux bordel, un fouillis qui m'a beaucoup trop embrouillé et m'a fait perdre le fil plus d'une fois.
J'avoue même que certains passages m'ont carrément ennuyés.

J'aime les livres historiques donc ça n'aurait pas dû être un soucis.

Je pense qu'en fait, la princesse Marie-Christine de Kent a fait un bon travail de recherche, mais qu'elle n'a pas su le rendre intéressant. Qu'elle a mis bout à bout ce qu'elle a glané sans y mettre de forme.

Et surtout, je suis déçue de ne pas avoir lu un livre consacré à Diane de Poitiers.

J'aurais tout de même retenue ici ou là quelques petites choses intéressantes et que j'ignorais. Comme l'origine du nom du château de Fontainebleau.

En dehors de ça, je referme ce livre avec le même savoir qu'en l'ouvrant.
Les passages concernant l'histoire de France, je les connaissais déjà et les passages sur Diane et Henri sont ma foi, bien banals.



Visiter son site

Partager

 
 
 
 
La lune et le serpent - Marie Christine de Kent  [0 réponse]